31/01/2005

Suite du tournage…

Après le décor "mer du Nord", nous passons au décor " Ardennes".

Rouve à Cassel : "Eh bien, mon gaillard? On sort sans fusil?"

[Stefan Liberski]

14:23 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

30/01/2005

Equipage

Rouve couvert (pour la réplique) (+ Cyran en photographe)

François avant le grand saut.

La bande de gelés. Charlotte, Naïs, Julie, et Ludmilla.

Le seul qui ait vraiment pris son pied sur le bateau : Bouli.

Jeepee et Vincent

François Vincentelli, heureux de vivre après ses deux plongeons dans la mer (température de l'eau : 5°)

Garance cueillant une petite moule accrochée au nez de Jean-Paul Rouve

Jean-Paul Rouve essayant d'imiter (sans succès) la lippe de Stefan Liberski. Celui-ci ne le voit pas, tout absorbé qu'il est par un coucher du soleil larmoyant.

Sur le bateau, il y a une machine extraordinaire, qui permet de voir à quoi rêvent les gens. Voici par exemple le rêve de Bruno.

Rachel Simoni, 2d assistante caméra. Pour elle qui a fait le Japon avec nous, c'est vraiment rien du tout cette histoire de bateau!…

Christian Monheim. Le meilleur ingé son du monde. (Il a réussi à enregistrer la voix de Charlotte Gainsbourg sur le boulevard Saint-Germain, un jour de grande affluence.)

Tom, le meilleur machino du monde. Il monte et démonte une tour de six mètres de haut sur le temps que Jazz (voir photo, plus bas) met à rouler une sangle.

Jazz réfléchissant à son CV. "Assistant, acteur bosniaque, chevreuil, machine à fumée, rouleur de sangles… Non, pas rouleur de sangle…"

[Stefan Liberski]

15:30 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

29/01/2005

9 Beaufort

Le lendemain, on tourne sur le bateau.
Dès les premières minutes, on voit bien que les choses ne seront pas faciles. Froid, vent, houle, courant… En outre, les propriétaires du bateau se révèlent infects. Leur bateau a une panne (une fuite dans le système hydraulique) et ils réagissent comme si nous étions responsables. Ils nous tirent clairement la gueule, nous traitent avec une grossièreté inouïe. Sans doute songent-ils déjà à ne pas rembourser les heures de retard que la panne nous cause. Eeeh oui ! Il y a des gens comme ça !…

On part (en retard, donc) et nous voilà on the spot.

Vincent transportant la caméra, serrée sur son cœur, d’un bateau à l’autre.

L’autre bateau, d’où l’on ne réussira à tourner qu’un ou deux plans. Dès après cette photo, le vent se lèvera jusqu’à 9 Beaufort. (Il paraît que c’est beaucoup)

Audrey tentant vainement de se réchauffer à la lumière d’un spot.


[Stefan Liberski]

12:43 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/01/2005

Séquence du bateau

Tournage en Hollande, sur l’Oosterschelde.
Il fait nuageux, avec de larges éclaircies : le pire, donc, pour les raccords lumière. En revanche, il fait « bien froid ».

Toute l’équipe est basée à Kortgene, village minuscule non loin du port de Katz, le tout petit port où nous attend le bateau.
Kortgene : une rue, quelques maisons à la Playmobil. On pourrait se croire dans un stand « Pays-Bas » de Disneyland. Pas âme qui vive. Ah si, là-bas, un homme à vélo ! Couinnc, couinnc… A deux cents mètres, on l’entend distinctement pédaler. Tout est très calme en tout cas. A retenir pour un week-end de lectures édifiantes.

Nous sommes répartis entre deux hôtels. Leurs caractéristiques, avantages et inconvénients respectifs nourrissent les premières conversations. Elles se noient très vite dans le Bokma - un vieux genièvre frison qui… que… Enfin, qui pète. Peu importe la chambre, pourvu qu’on ait le Bokma ! (Et d’autre spécialités hollandaises dont je ne parlerai pas.)
Vigor ( prononcer « Fffvviisscccheurrr") le patron de l’appart-hôtel que nous squattons est bougrement sympathique. Un bon Batave bavard. C’est avec lui que nous partons en « repérage mal de mer » avec Sté, Jeepee, Jazz et Christophe, sur un petit bateau de pêche.


Christophe Fontaine (à droite) tentant de camoufler son mal de mer en sourire narquois, voire sardonique.

[Stefan Liberski]

13:47 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

27/01/2005

John & Laetitia

Les derniers jours au « Bunker », nous avons eu sur le plateau Thomas Brémond, le jeune photographe talentueux dont m’avait parlé Maïté.
Je ne résiste pas à l’envie d’en montrer une ici.

Rouve - Marnay
Jean-Paul Rouve & Audrey Marnay

[Stefan Liberski]

18:37 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Cyran

Au même endroit, portrait de Cyran, électro/photoghraphe, en druide chamanique Poum-Pouyoum. (En réalité, il tente d’adoucir une reflection trop forte sur un mur.)

[Stefan Liberski]

11:37 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Michel François

Michel François (photographe, plasticien, artiste contemporain, voisin, et néanmoins ami) vient nous rendre visite.
Le voilà, sur le toit du garage.


[Stefan Liberski]

Michel François expose au Centre Photographique d'Ile de France jusqu'au 27/2.

11:35 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

26/01/2005

Nuit

Les éclairages de nuit sont très beaux.
J’ai tout le temps envie de les montrer à l’image.


[Stefan Liberski]

14:56 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Fin du tournage au « Bunker ».

On remballe. La déco démonte. Alors que nous tournons encore une scène à la grille d’entrée, on voit passer (entre les prises) les canapés, les lampadaires, les chaises et les mille choses qui ont fabriqué le petit monde de John D., ce petit monde qui n’aura jamais d’existence réelle. Seules les images le connaissent et le retiennent. Etrange sentiment : pendant tous ces jours, il y a eu ici une histoire qui n’a jamais eu lieu.

La force du simulacre. Voyant les rushes, c’est ce qui me frappe chaque fois (bêtement) En général, il suffit d’un morceau de chambre, et le cerveau recrée toute la maison. Comme à partir d’une cellule souche. L’imagination a horreur du vide.
(Si j’enfonce une porte ouverte, écartez-vous pour me laisser passer. Je risque d’en enfoncer d’autres, je suis en forme.)
Le « Bunker » redevient une maison. Un corps de pierre. Nostalgie, déjà. Pas celle du Bunker. Plutôt celle du « camp », de la cabane qu’on aurait fait dans les bois, enfant, et qu’on laisse pour ne jamais la retrouver.

[Stefan Liberski]

Anna Bondareva

Cassel repassant son texte dans une Roll's.

11:10 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/01/2005

Renaud

Dans la cour jonchée de deux Porshe, une Ferrari, une Bentley et quelques autres véhicules, je fais la connaissance de Renaud.

Le deuxième gagnant de notre concours est en visite sur le plateau. Comme le montrent les portraits de ce visiteur d’un jour, il est satisfait de la découverte qu’il fait du travail d’une équipe de cinéma.

Nos discussions vont bon train sur les communautés web et les nouveaux modes de transmission de l’info quand un retentissant « Silence ! On tourne », nous fait nous regarder comme des chiens de faïence pendant 2 minutes 19 secondes. Mimmo démarre son taxi, fait une marche arrière. « Couper ! ». La conversation reprend.

[DB]

14:22 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Arbres et pigeons

Vendredi 14 janvier 2005. Sublime journée de soleil. Ce matin j’ai vu des pigeons copuler et des bourgeons qui commençaient à poindre. Un vieux monsieur m’a dit que les arbres rêvaient. Les pigeons sont beaucoup plus pragmatiques.

arbres

Pour moi aujourd’hui c’est la dernière visite au Bunker. La semaine prochaine l’équipe part aux Pays-Bas tourner des images en mer.

[DB]

11:41 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Allez on y va.

Suite à une maladie du blogueur et des serveurs, le fil interrompu de la narration reprend.

00:15 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/01/2005

Mettre en place un plan

L’attente est une composante d’un tournage. Il apparaît que tourner c’est attendre. A tour de rôle, tout le monde attend tout le monde guidé par une finalité dont le tracé est planifié et le parcours partagé. Une course relais qui quand elle s’achève par un « Elle est propre », reprend immédiatement avec la curiosité de l’enthousiasme. Lorsque les lumières seront prêtes, que le cadre sera bon, les figurants maquillés, habillés et bougeant comme convenu, les acteurs seront prêts, le mouvement de caméra sera bon. Le silence se fera. Là la pellicule cristallise les instants et l’attente n’est plus.

[DB]

14:38 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

17/01/2005

« Elle est propre ! »

Expression cinématographie permettant de confirmer qu’aucun poil, qu’aucune poussière ne sont collés sur l’objectif et donc que la prise en plus d’être artistiquement bonne est techniquement propre.
(Merci à Vincent – 1er assistant caméra - pour cet éclaircissement).
Voilà qui devrait remettre du contexte au post suivant

[DB]

12:42 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/01/2005

Baudouin

Premier gagnant de notre concours Baudouin visite le plateau.
Baudouin est curieux. De nature. Il déambule sous la bienveillance de Julien, de la caisse régie (la table a connu une légère compression spatiale, pas vraiment un régime) aux véhicules. Il s’intéresse aux haies, aux perches, au voisinage et aux intervenants.
Sa phrase du jour : « Tu as un problème de poil ? »

Le quasi déjà légendaire animateur du blog somebaudy.com était présent, évidemment il en parle.

[DB]

11:59 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

14/01/2005

Extérieur jour

Mardi, 2e jour de la 2nde partie du tournage. Les scènes à tourner sont celles qui vont sceller dramatiquement la connivence entre Mimmo, le taximan, et la bande Deveau. Au programme doublure, cascade, voiture, dépouille mortelle, ambulance & policiers.

L’équipe est réduite, les moyens techniques limités, le watchman est hors d’usage, émetteur HF kaput, le chef opérateur est le seul à voir ce qui se passe dans l’œilleton de sa caméra.

Je ne sais plus quand ni comment mais à un moment cela devient normal de voir un corps allongé, un homme en perruque sauter hors d’une voiture, une dizaine de personnes obéir aux instructions des 1er & 2e assitants, alors que le réalisateur exprime des idées complexes en quelques mots : l’un transporte des flight cases, l’autre masque les voyants trop voyants de la 407, mais à un moment cela se passe comme si chacun de ces gestes uniques était normal, habituel, rôdé. La magie du cinéma c’est un peu de l’alchimie du plateau qui illumine nos yeux.

[DB]

23:09 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/01/2005

Concours : résultats

Le concours permettant à 3x2 d'entre vous d'assister au tournage est clôturé.
Vous avez été 2322 à participer. Les 3 gagnants sont:
Baudouin Van Humbeeck, Renaud Dejonghe & Benjamin Beirnaert.
Félicitations !

Sous peu. le compte-rendu de leur visite du plateau

16:08 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

11 – Une bonne idée

Me revient encore le visage d’Audrey, assise sur un canapé, défaite.
C’est évidemment elle qui aurait dû faire « la Jeune fille à la perle ».
A qui voudrait faire un film sur les frères Van Eyck, une seule adresse pour un rôle féminin : Audrey Marnay.

[Stefan Liberski]

15:41 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

10 - Miracle - suite

Me revient sans cesse le plan miraculeux de David (Bouli) qui empoigne une épée et brise tout ce qu’il y a dans la pièce. Une seule prise. Parfaite.
JP le filme, il le suit, exactement là où il doit être. Maîtrise zen.

[Stefan Liberski]

15:38 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/01/2005

TLB

Sur Télé Bruxelles, en boucle, ce soir, reportage sur le plateau dans "L'Autre Journal".

[DB]

21:56 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

9 - Conseil

Lire et relire les « Quelques règles d’or » de Jim Jarmuch.(Parues dans le numéro 50 de la revue « Trafic »)
Euh…Non, je ne vais pas les transcrire. Et puis, elles sont un peu à l’usage des réalisateurs. (Avis aux intéressés)

[Stefan Liberski]

18:16 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/01/2005

8 - Citation

« La perversion devient une norme sociale. La perversion dans sa connotation clinique, fondée sur une économie libidinale très particulière.Elle est aujourd’hui au principe des relations sociales, à travers la façon de se servir du partenaire comme d’un objet que l’on jette dès qu’on l’estime insuffisant. La société va inévitablement être amenée à traiter ses membres de la sorte, non seulement dans le cadre des relations de travail, mais en toutes circonstances. » (Charles Melman)

[Stefan Liberski]

00:33 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

08/01/2005

7 – Bonne nouvelle vue de l’intérieur

Dans un post précédent je vous faisais part d'une "bonne nouvelle" concernant un rôle important à attribuer. Voici le point de vue du réalisateur.

Dimanche 19-12-04
A Paris, Théâtre de l’Atelier où Jean-Pierre Cassel joue une petite pièce d’Albee (très drôle). Je le rencontre ensuite pour parler avec lui du rôle d’Henri Deveau. Très chaleureux, entente immédiate. Le scénario le passionne. Le rôle aussi. « …Ce sera un contre-emploi massif ! Pour moi, dans le scénario freudien du meutre du père, je me suis laissé tuer tout de suite !… C’est ce que mon fils Vincent n’arrête pas de dire, en tout cas !… Le contraire d’Henri Deveau, donc !… »

[Stefan Liberski]

12:16 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/01/2005

6 - Autre note

Autre note. (J’ai oublié de qui était-ce.)
« C'est dans la consommation d'un excédent que l'individu, comme la société, se sent vivre. La valeur créée de l'objet est beaucoup plus intense dans sa déperdition violente. La destruction est vouée à devenir une fonction prépondérante de la société industrielle. »

[Stefan Liberski]

11:20 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/01/2005

5 - Pourquoi ?

Très souvent, presque toujours, on m’interroge sur le Japon.
«Pourquoi ce Japon ? Pourquoi ce garçon ? Pourquoi ces images ?» (Certains cependant le comprennent tout de suite. «Comprendre», au sens de «prendre avec», avec le reste, comme un tout évidemment indivisible)

J’avais noté ceci dans une interview de Bruno DumontLa vie de Jésus», «l’humanité») :

«Je filme des énigmes de manière à laisser le spectateur seul maître ; il se doit alors de les résoudre, chose qu'il n'est pas intéressant que je fasse à sa place.»
(Bruno Dumont)

«J'aime l'ambiguïté, le mystère, que le spectateur se pose des questions. Je n'aime pas le cinéaste qui fait du sens. Pendant deux heures et demie, j'essaie de faire du cinéma ; si, pendant un débat, quelqu'un me dit " C'est quoi, le message ? ", c'est pas un message, c'est du temps, qui s'envole vers vous . Ce qui est intéressant c'est le rapport entre le mystère du film et le mystère de l'individu qui va regarder - quelque chose va se passer… ou rien : il va partir… c'est ça qui est excitant.»
(id)

«… Du temps qui s’envole vers vous»… Ça, ce sont vraiment des mots magnifiques, non ?

Autre citation, dans la même interview :
«Mes films sont fondamentalement bénéfiques. Car ils permettent de faire face au mal. Je présente le mal tel qu'il est. C'est une épreuve que le spectateur doit résoudre.»
(id)

[Stefan Liberski]

17:56 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/01/2005

Petite Annonce

Alors voilà… Nous sommes à la recherche d’un appartement situé au premier et deuxième étage d’une maison typiquement bruxelloise. Le premier étage devrait comporter une cuisine américaine avec salon à l’arrière ainsi qu’un grand balcon ; le deuxième, une chambre avec salle de bain.

Si cela vous intéresse de vivre l’expérience d’un tournage avec un Snul à la maison et que vous pensez que votre chez vous ferait un bon « chez Mimmo »…
N’hésitez pas à prendre contact avec moi par mail pour connaître les conditions ( kkp@artemisproductions.com )

Dates de tournage : du 7 au 10 février (attention il faut aussi compter un ou deux jours pré- et post-tournage)

Barbara
Assistante de production

18:53 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

LE CONCOURS

Le concours est en ligne grâce aux bons soins de l'équipe JustForYou pour participer il suffit de cliquer et de répondre à une question.

Bonne chance et rendez-vous sur le plateau !

14:22 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

04/01/2005

4 - Exclamations

La beauté extraordinaire d’Audrey et l’intense émotion qu’elle fait passer.
Magnifique ! Quand je pense que personne encore ne l’avait fait jouer !
Quelle chance ! Quelle découverte !
Il faut dire que JP (mon excellent cher vieux JP) et Bruno (le meilleur électro du monde) se surpassent. La lumière qui l’éclaire est sublime. Les inspire-t-elle ?
Equipe de rêve.

[Stefan Liberski]

22:43 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

3 - Un film

Un film. Une espèce de rumination continuelle du monde alentour qui tout à coup se concentre et précipite dans quelques images desquelles, par la suite, une histoire se déduit. Dans King Kong Paradise, il s'agit des images qui ouvrent et qui ferment le film.

La grosse villa du début, d'abord, avec son architecture de forteresse chic mais effrayante, tous rideaux fermés, et le battement étouffé de la musique techno qui s'en échappe. Quelle est la « fête » qui s'y déroule? Pourquoi cette fête est-elle une douleur?

L'image finale ensuite, celle d'un adolescent qui, après avoir plié puis enterré ses vêtements et son sabre de bois, se fond dans une forêt du bout du monde.

[Stefan Liberski]

01:19 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/01/2005

Le joli profil de Charlotte Le Hardy


Charlotte Le Hardy interprète le rôle d'Adeline

21:14 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |