29/01/2005

9 Beaufort

Le lendemain, on tourne sur le bateau.
Dès les premières minutes, on voit bien que les choses ne seront pas faciles. Froid, vent, houle, courant… En outre, les propriétaires du bateau se révèlent infects. Leur bateau a une panne (une fuite dans le système hydraulique) et ils réagissent comme si nous étions responsables. Ils nous tirent clairement la gueule, nous traitent avec une grossièreté inouïe. Sans doute songent-ils déjà à ne pas rembourser les heures de retard que la panne nous cause. Eeeh oui ! Il y a des gens comme ça !…

On part (en retard, donc) et nous voilà on the spot.

Vincent transportant la caméra, serrée sur son cœur, d’un bateau à l’autre.

L’autre bateau, d’où l’on ne réussira à tourner qu’un ou deux plans. Dès après cette photo, le vent se lèvera jusqu’à 9 Beaufort. (Il paraît que c’est beaucoup)

Audrey tentant vainement de se réchauffer à la lumière d’un spot.


[Stefan Liberski]

12:43 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.