06/01/2005

5 - Pourquoi ?

Très souvent, presque toujours, on m’interroge sur le Japon.
«Pourquoi ce Japon ? Pourquoi ce garçon ? Pourquoi ces images ?» (Certains cependant le comprennent tout de suite. «Comprendre», au sens de «prendre avec», avec le reste, comme un tout évidemment indivisible)

J’avais noté ceci dans une interview de Bruno DumontLa vie de Jésus», «l’humanité») :

«Je filme des énigmes de manière à laisser le spectateur seul maître ; il se doit alors de les résoudre, chose qu'il n'est pas intéressant que je fasse à sa place.»
(Bruno Dumont)

«J'aime l'ambiguïté, le mystère, que le spectateur se pose des questions. Je n'aime pas le cinéaste qui fait du sens. Pendant deux heures et demie, j'essaie de faire du cinéma ; si, pendant un débat, quelqu'un me dit " C'est quoi, le message ? ", c'est pas un message, c'est du temps, qui s'envole vers vous . Ce qui est intéressant c'est le rapport entre le mystère du film et le mystère de l'individu qui va regarder - quelque chose va se passer… ou rien : il va partir… c'est ça qui est excitant.»
(id)

«… Du temps qui s’envole vers vous»… Ça, ce sont vraiment des mots magnifiques, non ?

Autre citation, dans la même interview :
«Mes films sont fondamentalement bénéfiques. Car ils permettent de faire face au mal. Je présente le mal tel qu'il est. C'est une épreuve que le spectateur doit résoudre.»
(id)

[Stefan Liberski]

17:56 Écrit par Denis Balencourt | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.